Marie-Noëlle SEGUIN

Burkina Faso       Les carnets de voyage de Marie-Noëlle

Notre voyage s’effectue, comme à l’accoutumée, dans le cadre du jumelage entre la Communauté paroissiale de Châteauneuf et la Paroisse St Michel de Nako au Burkina Faso.

Un jumelage, c’est un rapprochement entre deux groupes. Certes, mais ça se vit comment ? ça se vit dans un partage à la fois spirituel et humain, la fraternité, l’amitié, et surtout dans un même élan pour croire en l’Homme, une même espérance pour aider ensemble et chacun à se réaliser, à se construire, à s’épanouir dans l’Amour. À ÊTRE, tout simplement.

La devise de notre association Château-Nako, qui gère ce jumelage, résume tout cela en une seule petite phrase :


« Un partage spirituel, une coopération fraternelle »

Tu verras dans le temple de ton ciel

un visage de lumière, ton visage,

mon frère, ma sœur,

étincelant parmi la poussière d’étoiles humaines.

Tu es une étoile.

Ne l’oublie pas ! Lève les yeux !

(Irénée Guilane Dioh).

Cette parole d’un sage africain est une illustration des lumineuses rencontres que l’on peut faire en pleine brousse au « Pays des hommes intègres », puisque telle est la traduction du nom « Burkina Faso ».

Imaginez-vous la nuit, assis au bord d’une piste, sans aucune lumière parasite à des milliers de kilomètres à la ronde, regardant la voûte étoilée… Vous y reconnaîtrez quelques constellations, mais vous découvrirez aussi ce que cachent chez nous trop de lumières éblouissantes et superflues : des poussières et des poussières d’étoiles !

Avec sa terre brûlée par le soleil et ses puits trop rares, avec sa pauvreté qui partout affleure et que voilent tant et tant de sourires comme des milliers d’appels à la vie, balayée par le souffle de l’harmattan qui entraîne dans sa course tout le superflu que l’on a pu emporter dans nos bagages, cette région du Poni au sud du Burkina Faso, est riche en étoiles humaines.

Arrêtons-nous sur la piste de la vie et levons les yeux !

Chacun de nous est une étoile, avec sa lumière intérieure qui le guide à travers toutes les nuits humaines. Mais cette lumière a besoin d’autres lumières pour trouver sa place : comme les étoiles s’éclairent les unes les autres et s’assemblent pour former des constellations, ainsi avons-nous besoin de partager avec d’autres étoiles humaines l’inépuisable richesse du cœur, cette lumière que ne brouille aucun clinquant, aucun superflu, aucun parasite extérieur et qui éclaire la nôtre lorsqu’elle jaillit de tous ces sourires comme autant de sources d’eau vive en plein désert.

Le désert en ces terres désolées, ce n’est pas le manque d’arbres, c’est le manque du nécessaire, c’est cette nudité intérieure et extérieure qui laisse toute la place au regard du cœur. Ce n’est pas un regard que l’on échange, c’est un regard que l’on reçoit, que l’on offre, que l’on partage comme une complicité d’amour et qui révèle l’essentiel de tout être humain : sa lumière.À l’image des étoiles qui parsèment la voûte céleste, chacun est une lumière nécessaire à la formation d’une constellation. Et les constellations, ne sont-elles pas comme de grandes familles humaines dont chacune a sa place dans l’univers ? Et cette illumination intérieure, ne serait-elle pas ce regard vers l’autre, son frère, sa sœur, « avec les yeux de la foi » ?

C’est à la rencontre de toutes ces étoiles, la vôtre et celles des autres, qui couvrent cette terre d’une lumineuse poussière, que ce récit vous invite…

Chante avec la lune ! Mon frère, ma sœur ! Chante les mots du silence. Des mots sans paroles. Juste les mots du vent. Le vent qui te prend par la main, imprime son souffle dans ton souffle. Le vent qui s’invite au bord de ton âme pour te conduire sur le chemin d’une espérance qui danse au fond d’un regard. Ce vent, qui t’effleure avec tendresse et te fait frissonner d’émoi, c’est une caresse de lune…

Et la lune, c’est le reflet du soleil dans ton cœur. Le reflet de cette lumière intérieure qui irradie l’autre quand il rencontre ton sourire.

JUSTE UN PEU


Juste un peu de temps

Juste un peu d’amour

Pour vivre un instant

En dehors du temps,

Pour vivre mille instants

Loin de toutes frontières.


Frontières de l’hier

Soucis de lendemains,

Peurs de l’ailleurs, de l’autrement,

Fleurs du présent qui s’étiolent

Dans la crainte de se perdre,

Narcisses fanés au fond de nos miroirs.


Horizon de barbelés

Aux portes de nos cœurs.


Il y a un océan

Dans les yeux de ton frère,

Un océan de liberté

Où plonger dans l’inconnu

Est un voyage dans la tendresse.


Il y a un reflet d’infini

Dans l’instant de ce regard,

Un infini de lumière

Qui abreuve les âmes

D’une goutte d’éternité.

Accueil    Auteurs    Événements   Commande    Presse